Urgences



Lorsque chaque minute compte


Une situation d’urgence, irruption d’une catastrophe naturelle ou escalade d’un conflit, peut faire des dizaines de milliers de victimes en quelques minutes seulement. Dans ces cas, MSF répond en priorité aux besoins fondamentaux des populations affectées : soins médicaux, accès à l’eau et assainissement, distribution de nourriture et aménagement d’abris.

Il existe plusieurs catégories d’urgence. Lorsque la situation d’urgence résulte d’un regain de tensions dans des pays en proie à une instabilité chronique (conflit, épidémies), MSF met en place des cellules d’interventions d’urgence afin de pourvoir intervenir rapidement en cas de crise. C’est ce que l’on appelle « l’emergency preparedness ».

En cas de catastrophes soudaines et imprévisibles, MSF dépêche une intervention immédiate sur le terrain, c’est ce que l’on appelle « emergency response ».

Les victimes doivent pouvoir disposer de vivres, d’eau, d’installations sanitaires, d’abris, et d’aide médicale dans de très brefs délais, malgré les circonstances extrêmement difficiles et le manque d’accessibilité de certaines régions. MSF doit pouvoir disposer d’une forte capacité logistique et organisationnelle pour garantir la rapidité et l’efficacité de ses interventions d’urgence. C’est pourquoi, les équipes doivent être parfaitement préparées et correctement formées pour évaluer rapidement le désastre ainsi que les besoins et les réponses urgentes à y apporter et être capables d’intervenir immédiatement. L’organisation veille également à disposer de stocks appropriés et de moyens logistiques et financiers suffisants.

La première phase d’urgence, dans les heures et les jours qui suivent le sinistre, consiste à délivrer une assistance médicale : les soins immédiats et la chirurgie, la distribution de biens de première urgence.

Une fois la phase d’urgence médicale devenue moins critique, les personnes sinistrées doivent pouvoir continuer à bénéficier d’un accès aux soins. MSF peut être amenée à installer des dispensaires temporaires pour remplacer les structures de santé touchées par un désastre et ne pouvant plus fonctionner normalement. Par ailleurs, même si les catastrophes naturelles n'entraînent pas systématiquement des épidémies, MSF met en place une surveillance épidémiologique. Et, si besoin, l’organisation mène des campagnes de vaccination (polio, rougeole ou tétanos par exemple).

Le dernier volet de l’intervention de MSF en cas d’urgence, est la prise en charge des traumatismes psychiques liés aux chocs au travers de séances individuelles ou groupées et au sein des communautés.