ETHIOPIE


cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 

  1984 - URGENCE CHRONIQUE 

1984 en Ethiopie. Des millions de familles touchées par la sécheresse et la famine, contraintes de s’entasser dans des camps de réfugiés. 1984, des milliers de familles éthiopiennes décimées. 1984, un gouvernement éthiopien qui commence par nier la famine avant de mettre en place une gestion des secours que critiquent les organisations d’aide humanitaire. 1984, première médiatisation d’une catastrophe humanitaire sous l’œil des photographes et reporters qui se rendent dans les camps de réfugiés. Le monde entier est témoin des images épouvantables de la sécheresse et de la famine qui touchent les populations du nord (Wollo et Tigrée), de l’est (Harargué) et de l’Ouest (Wollega, Illubabor) de l’Ethiopie. 1984, l’euphorie médiatique réduisant la crise à des images symboles et jouant sur le registre de l’émotion et de la séduction annihile toutes les velléités de débat et d’argumentation contre le mode de gestion de la crise par le gouvernement de Mengistu.

Dans les mémoires de chacun subsistent des images de cette crise de la faim qui toucha l’Ethiopie en 1984.

En savoir plus sur l'urgence sur le terrain


Sécheresse et famine sévissent dans cette région du Tigrée.©MSF


   1986 - PREMIERS EXPATRIES LUXEMBOURGEOIS

C’est dans ce contexte international bouleversant que quelques médecins luxembourgeois décident de créer MSF Luxembourg.

En 1986, juste après sa création, l’association envoie les deux premières expatriées luxembourgeoises. Elles sont infirmières et se rendent dans un projet piloté par MSF Belgique. Il s’agit d’un programme d’assistance chirurgicale à Adigrat, dans la région du Tigrée, au nord de l’Ethiopie. Ce projet a pour ambition d’équiper la salle d’opération et de former et compléter les équipes chirurgicales. Grâce au soutien de MSF, soixante-dix à quatre-vingt-dix interventions chirurgicales sont alors pratiquées par mois.


Vue de l'intérieur d'un dispensaire MSF en 1985. ©MSF


  1991 - ASSISTANCE MÉDICALE EN TIGRÉ

C’est souvent entre les lignes de l’histoire des pays que s’inscrivent les actions de MSF. Les nombreux affrontements entre les révolutionnaires et les différents gouvernements en place entrainent de nombreux blessés et instaurent un climat d’insécurité et de peur. MSF Luxembourg soutient notamment les populations du Tigrée située dans le Nord du pays en prodiguant des soins de santé primaire : consultations médicales, distribution de médicaments, fourniture de matériel médical.


  1992 - PROGRAMME CHIRURGICAL A JIJIGA

Mai 1992. MSF Luxembourg, ensemble avec MSF Belgique, débute un programme chirurgical dans l’hôpital de Jijiga, à l’est de l’Ethiopie non loin de la frontière somalienne. L’hôpital de Jijiga est un établissement rural avec une capacité de 150 lits et qui a pour but de soigner une population d’environ 300.000 personnes dans la province de Harerge.

L’afflux de réfugiés est un fardeau supplémentaire pour les équipes médicales de l’hôpital qui travaillent déjà dans un contexte difficile en raison de l’instabilité politique et économique du pays. L’objectif du programme est la réhabilitation de l’hôpital de Jijiga en un hôpital de référence pour les populations de la province de Harerge et de la région d’Ogaden.



1987 - Un enfant atteint d’une excroissance en attente
d’une intervention chirurgicale.©MSF


Pour atteindre ce but, MSF Luxembourg travaille sur différents axes : la réhabilitation de l’hôpital, des activités chirurgicales et du laboratoire ainsi que l’instauration d’un suivi physio thérapeutique des patients.


L’unité de soins, l’unité chirurgicale, l’unité d’hospitalisation, le réseau électrique et les systèmes d’eau et assainissements sont également complètement rénovés. Des meubles et des draps sont installés dans l’hôpital et la pharmacie est équipée avec des étagères ainsi que des ordinateurs pour améliorer la gestion des stocks de médicaments et de matériel médical. Des kits d’anesthésie et des équipements de stérilisation sont acheminés vers l’hôpital.

Au sein du service chirurgical, le personnel expatrié est progressivement remplacé par une équipe médicale locale afin de garantir le fonctionnement indépendant de l’hôpital une fois l’hôpital réhabilité. Les chirurgiens sont formés aux techniques chirurgicales et à la gestion des prises de décisions concernant les diagnostics des patients.


1987, chambre stérile dans l’hôpital_©MSF

En accord avec le gouvernement éthiopien qui assure la garantie de l’acheminement des ressources nécessaires (financières, humaines et matérielles) au bon fonctionnement de l’hôpital, MSF se retire définitivement en 1994 après avoir assuré une passation de qualité via notamment par la formation du personnel médical local.

A partir de 1993, le programme de physiothérapie est remis entre les mains de Handicap International.


  1993 - TRAITEMENT DE LA TUBERCULOSE

La tuberculose est la première cause d’hospitalisation et la première cause de décès en milieu hospitalier en Afrique. En 1993, MSF Luxembourg appuie financièrement le programme de lutte contre la tuberculose mené par MSF Belgique. Ce projet s’axe autour de trois actions : dépistage, traitement et suivi de la maladie.


cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 

L'Ethiopie, aujourd'hui



Tigray, consultation en plein air. ©MSF