ROUMANIE


cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 

En décembre 1989, la révolution de fin décembre en Roumanie fait apparaître au monde entier la détresse de toute une population qui meurt de faim et de froid, sous la politique aberrante d’une tyrannie sans égal. Pour MSF, présent clandestinement en Roumanie depuis 1988, tout change. La déstabilisation du régime et l’appel à l’aide internationale lancé par la croix rouge roumaine provoquent une ouverture des frontières et rendent une action d’envergure possible.

Les actions de MSF Luxembourg passent par trois phases successives.


Population déplacée suite à la révolution de décembre 1989. ©MSF


  De décembre 1989 à fin janvier 1990 - La phase d'urgence


Immédiatement, MSF mobilise une Unité d’intervention rapide. Trois jours après la révolution, une centaine de MSF, chirurgiens, médecins et logisticiens sont à pied d’œuvre. Les premiers besoins matériels sont médicaux mais aussi alimentaires. MSF Luxembourg lance un appel radiophonique à la population le soir du 23 décembre et est en mesure d’envoyer plus de mille colis dès le lendemain grâce à la générosité des Luxembourgeois.

La phase d’urgence est très courte, les médecins roumains sont nombreux et MSF se concentre sur manque d’équipement et l’obsolescence du matériel médical.


Déchargement de l'aide alimentaire. ©MSF



   De février 1990 à décembre 1990 - Phase d'urgence relative

Fin janvier 1990, un mois après le début de la mission Roumanie, les équipes MSF doivent combler les besoins nutritionnels et en médicaments de la population: des commandes de centaines de tonnes de lait en poudre, de dizaine de milliers de traitements, de matériel d’équipement pour des centaines de dispensaires sont passées.

MSF concentre ses efforts de restructuration vers les dispensaires citadins et ruraux les plus démunis et qui sont appelés à dispenser des soins de santé primaire auprès de 60% de la population. Ainsi en 8 mois, 1.560 kits, comprenant un équipement standard, des médicaments et du lait en poudre pour couvrir les besoins pendant une année, sont déposés et installés dans les dispensaires.


Transport de l’aide alimentaire. ©MSF


  De janvier 1991 à mars 1992 - Phase chronique

Un an après la révolution, MSF Luxembourg s’installe dans les provinces d’Alba Julia et de Hunedoara, qui à l’écart des grandes routes ont peu bénéficié de l’aide internationale. Un bureau permanent est ouvert à Alba Julia, nos expatriés y coordonnent quatre programmes :

- Programme pharmaceutique :
MSF passe un accord avec l’office pharmaceutique central à Deva, qui est responsable de l’achat et de la distribution des médicaments dans l’ensemble des deux provinces et fournit des médicaments non accessibles sur le marché roumain.

Face au nombre élevé de cas d’hépatite B et de sida, MSF réalise des enquêtes sur les prescriptions de médicaments. Elles démontrent que les traitements injectables so nt plus fréquemment utilisés que les traitements oraux, malgré des conditions de stérilité souvent précaires. MSF promeut alors les traitements oraux en sensibilisant les médecins aux dangers des traitements injectables et sur la façon de les remplacer par des traitements oraux.

En décembre 91, une enquête approfondie, menée pas des médecins roumains et américains, et publiés au Lancet, montrera que la moitié des cas de sida chez des enfants roumains ne peut avoir d’autre cause que les injections non stériles.

- Programme de formation du personnel médical roumain :
Sous le régime de Ceausescu, les professionnels de la Santé sont coupés du monde médical international. MSF Luxembourg lance un vaste programme de formation en collaboration avec les autorités roumaines pour surmonter ces lacunes : des séminaires de médecine, chirurgie, pharmacie, thérapeutique, neurologie et psychiatrie sont organisés et animés par des spécialistes MSF.


Répartition des colis de l’aide alimentaire. ©MSF


- Planning familial : Pour la première fois de son histoire, c’est en Roumanie que MSF va être amené à s’occuper de planification familiale. En Roumanie, pendant 40 ans de dictature, l’utilisation de tout moyen contraceptif est interdite. Quelques mois après la révolution, tous les moyens de contraceptions et l’avortement sont légalisés. MSF agit d’abord en fournissant aux hôpitaux du matériel moderne (pompes à aspirations, sondes stériles, gants) puis en créant et en équipant des centres de planning familial dont le personnel local est spécialement formé aux domaines de l’information familiale ; la contraception et l’éducation sexuelle.

- Programme de gériatrie :
MSF Luxembourg lance un grand programme de réhabilitation (Lien vers la thématique réhabilitation/reconstruction) des neuf structures gériatriques des provinces d’Alba Julia et de Hunedoara, regroupant près de mille personnes âgées. Grâce à ce programme, des bâtiments neufs remplacent les anciennes structures insalubres, toutes les maisons sont restructurées. MSF Luxembourg démarre un programme de formation visant à améliorer la prise e charge médicale et surtout humaine de ces personnes âgées. Ce programme est repris par la société roumaine de gérontologie.

Départ de MSF Luxembourg en mars 1992

Les besoins s’amenuisent au fil du temps et MSF Luxembourg décide de partir de Roumanie après avoir passé le relais de ses missions au personnel local, notamment grâce aux formations dispensées.


*Sources: REFLETS n°1 - 1992

cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
Programme d’assistance à la populations roumaine. ©Natacha Clary/MSF