cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 


Travailler pour MSF




Comment puis-je postuler chez MSF ?

Pour les collaborateurs au siège, nous publions toujours les postes vacants. Vous pouvez trouver ces annonces sur la page "S'engager au Luxembourg".

Médecins Sans Frontières cherche en permanence des collaborateurs désireux de travailler sur le terrain. Consultez la procédure à suivre.




Puis-je choisir ma propre destination ?

Conformément à la Charte de Médecins Sans Frontières, l’intérêt pour une région déterminée ne peut jamais l’emporter sur l’engagement. Il s’agit avant tout d’aider des populations dans le besoin, où que ce soit dans le monde.



Puis-je travailler bénévolement en tant que prépensionné ?

Les bénévoles ne peuvent travailler qu’au siège situé à Bruxelles et non à l’étranger. Si vous êtes prépensionné ou sans-emploi et que vous souhaitez collaborer bénévolement avec Médecins Sans Frontières, prenez contact avec l’Office national de l’emploi (ONEM) pour voir dans quelles conditions ils peuvent le faire.



Quelle est la durée moyenne d’une mission ?

La durée moyenne d’une mission peut varier considérablement, de quelques semaines en situation de crise à un an ou plus dans un projet à caractère structurel dans un contexte stable. Tout candidat doit d’emblée être disposé à s’engager pour une période de douze mois.



Qui peut travailler à l'étranger pour MSF ?

Médecins Sans Frontières recherche différents profils pour travailler sur le terrain. Regardez ci-dessus un aperçu des profils recherchés.



Quelles sont les conditions proposées par MSF ?

Les expatriés signent un contrat de travail à durée déterminée, la plupart du temps entre six et douze mois. Ce statut implique des droits et des obligations,tant dans le chef de l’employeur que du travailleur «volontaire».

Le salaire mensuel des expatriés est calculé en fonction de leur pays de résidence ainsi que de l'expérience professionnelle reconnue par MSF. Chaque expatrié bénéficie d’une assurance couvrant les soins de santé, l’incapacité de travail, les accidents et la responsabilité civile, l’invalidité permanente, le décès, le rapatriement et la perte des bagages.

Médecins Sans Frontières assume les frais de logement, le transport de la résidence de l’expatrié jusqu’à son lieu de mission, le visa (le candidat doit disposer d’un passeport valable) et la plupart des vaccins requis pour le séjour à l’étranger. Arrivé sur place, chaque expatrié reçoit une indemnité supplémentaire, appelée «per diem», afin de couvrir ses frais de nourriture.



Quels sont les risques en matière de sécurité et comment sont-ils gérés par Médecins Sans Frontières ?

Les risques de sécurité sont inhérents à la réalité quotidienne de l’activité de Médecins Sans Frontières. Il ne faut ni les exagérer, ni les minimiser. Ces risques sont surtout liés aux déplacement, aux moyens financiers et matériels et aux situations de conflit (ouvert ou larvé).

Médecins Sans Frontières offre un plan de sécurité pour chaque projet en fonction de l’endroit. En général, il est attendu des expatriés qu’ils se soumettent aux règles locales (comme les règles de circulation) ainsi qu’à celles de MSF. Cela permet une intégration réussie au sein de la population et de réduire les risques.



Après un incident de sécurité (accident ou autre événement traumatisant), Médecins Sans Frontières offre un soutien psychologique. L’organisation peut également faire appel à un réseau de psychologues externes.



Quelle est la politique de MSF en matière de vacances ?

Les expatriés partis en mission pendant toute une année ont droit à trente jours de congé par an. Ils peuvent prendre un maximum de vingt jours sur le terrain, le reste des jours devant être pris après la fin de la mission ou après douze mois de mission (si la durée totale de la mission est de plus de 18 mois).



À quoi ressemble la vie quotidienne des expats ?

Les conditions de vie varient d’un pays ou d’une région à l’autre. Médecins Sans Frontières s’efforce dans tous les cas d’offrir à ses équipes un environnement de travail qui favorise le bon fonctionnement des secours, tout en tenant compte du niveau de vie locale.



Quelles sont les préparations qui précèdent le départ ?

Médecins Sans Frontières organise des formations plusieurs fois par an. Ces sessions pour nouveaux candidats comprennent des modules théoriques et pratiques, généraux et spécifiques et ce, en fonction du profil. En outre, chaque candidat reçoit des informations écrites concernant le pays où il travaillera et sur les activités que Médecins Sans Frontières y développe. Enfin, une série de briefings opérationnels, administratifs et généraux est également prévue.





J'ai une question en tant qu'étudiant



Quelle est la couleur politique de MSF ?

Médecins Sans Frontières n'a pas de couleur politique. Nous sommes absolument apolitiques, neutres et impartiaux. En vertu de l'éthique médicale généralement reconnue et le droit à l'aide humanitaire, MSF exige une liberté totale dans l'exercice de sa fonction. Cela sans faire de distinction de race, de religion et de conception de vie ou politique. Les collaborateurs de MSF respectent les codes de conduite médicaux et maintiennent une indépendance complète vis-à-vis du pouvoir politique, religieux ou économique.



Arrive-t-il à Médecins Sans Frontières de coopérer avec d’autres organisations sur le terrain ?

Si la situation sur le terrain le permet et si cela ne compromet pas l’indépendance et la neutralité, Médecins Sans Frontières peut coopérer avec d’autres organisations. La coopération avec des organisations locales est souvent très utile parce que celles-ci connaissent le contexte mieux que quiconque.



Qu'est-ce qui fait la spécificité de MSF par rapport à d'autres organisations d'aide ?

MSF doit absolument préserver son caractère unique et rester une organisation active au sein même de la société, qui, par le biais d'actions humanitaires et médicales, mais aussi par le témoignage, œuvre en faveur d'une aide médicale humanitaire neutre et indépendante pour les populations en danger.

L'action humanitaire se décline selon MSF en assistance et témoignage. Cette coexistence fait la spécificité de l'organisation. Elle n'est possible que par une présence de proximité auprès des victimes qui permet à la fois l'acte médical (assistance) et une prise de parole en connaissance de cause de la réalité. C'est la proximité de la réalité qui donne sa force et sa crédibilité au témoignage de MSF.


Contrairement à d'autres organisations de secours médical, MSF considère comme faisant partie intégrante de son travail de témoigner publiquement d’exactions dont peuvent être victimes les populations qu’elle soigne ou de violations du droit humanitaire dans les régions où l'organisation est active.



Est-ce que Médecins Sans Frontières travaille uniquement dans des zones de conflit ?

Médecins Sans Frontières travaille partout où existe un besoin médical urgent. Il peut s’agir de zones de conflit, mais aussi, par exemple, de régions touchées par une catastrophe naturelle ou une épidémie.


Dans combien de pays MSF est-elle active ?

Pour le moment, Médecins Sans Frontières est active dans plus de 60 pays à travers le monde. Ce nombre varie en fonction des projets lancés ou clotûrés par Médecins Sans Frontières en fonction de l’évolution des situations de crise.

Pour obtenir un aperçu total des activités de Médecins Sans Frontières, vous pouvez avoir accès au rapport annuel d’activités.



Comment Médecins Sans Frontières décide quelles seront les populations qui bénéficieront de son assistance ?

Médecins Sans Frontières examine chaque situation au cas par cas. Au terme de la mission exploratoire, l’équipe fait le point : quels sont les besoins médicaux et de quelle manière notre organisation peut-elle apporter une aide ? La décision d’intervenir quelque part ou non est donc prise sur base de critères médicaux. La race, les convictions politiques ou religieuses de la population ne peuvent jamais intervenir dans cette décision.

Médecins Sans Frontières est strictement neutre et impartiale. Lorsque nous travaillons quelque part, notre organisation aide tous ceux qui ont besoin d’aide : les victimes de tous les groupes impliqués dans les conflits, qu’il s’agisse de civils ou de militaires.



Que fait MSF pour les enfants ?

Dans beaucoup d’endroits où MSF travaille en situation d’urgence, les enfants et les femmes restent les plus vulnérables. Selon les estimations, chaque année, 9 millions d’enfants décèdent avant leurs cinq ans.

Dans la majeure partie des cas, ce sont des médecins et des infirmières généralistes qui soignent les enfants, notamment lors d’épidémies ou de crises alimentaires. Dans certains de nos plus grands hôpitaux, nous travaillons avec des pédiatres.



Est-il possible de faire une visite dans un projet de MSF sur le terrain ?

A l’exception de certains journalistes, Médecins Sans Frontières n’envoie pas de personnes extérieures à l'organisation dans ses projets, principalement en raison du manque de capacités d’encadrement. Il en va de même pour les étudiants désireux d’intégrer un projet lors de vacances scolaires.

MSF a reçu le prix Nobel de la paix 1999.



Dans quelle mesure travaillez-vous pour la promotion de la paix ?

En octobre 1999, MSF voit ses efforts couronnés par le prix Nobel de la paix. Cette distinction ne récompense pas uniquement son action dans le domaine médical, mais aussi, et surtout, son plaidoyer et son témoignage en faveur des populations en danger.

Si MSF ne cherche pas à mettre fin aux guerres et n’a pas les moyens de garantir la protection de civils contre la violence, nous pouvons en revanche dénoncer publiquement des violations dont ses équipes sont témoins sur le terrain. Cette notion de témoignage, et la mise en tension avec divers pouvoirs qu’elle suppose, fait partie des principes fondateurs de MSF.



Est-il possible de visiter les bureaux de MSF ?

Aucune visite dans nos locaux n'est possible, sauf si elle s’intègre dans un projet pédagogique plus vaste organisé conjointement avec MSF.



MSF est-elle une ONG de coopération au développement ?

Contrairement à l’aide au développement, MSF ne vise pas à construire, reconstruire ou encadrer le destin de groupes de population dans la durée. Ce sont des tâches pour lesquelles MSF n’a ni le mandat, ni la légitimité.

Intervenir dans des situations de crise aiguë – conflits, déplacements de populations, crises alimentaires, épidémies, catastrophes naturelles, etc. – pour aider les populations en danger: c’est cette idée de l’action humanitaire que développe Médecins Sans Frontières. L’objectif est d’alléger des souffrances et de sauver des vies.



Est-il possible de rencontrer un expatrié pour faire son interview ?

Les expatriés donnent principalement des interviews aux médias et participent régulièrement à des conférences organisées par divers organismes et institutions comme les écoles ou autre. Chaque année, des dizaines de membres de MSF se prêtent à l’exercice. Cependant, à quelques exceptions près, ils ne donnent pas d’interview à des particuliers.

Vous vous concentrez sur l’aide médicale d’urgence.



Pourquoi ne travaillez-vous pas sur le long terme ?

Médecins Sans Frontières démarre surtout ses interventions suite à une urgence : catastrophes naturelles, conflits, déplacements de réfugiés, famines, épidémies, etc. Certains projets sont toutefois axés sur le moyen ou le long terme. Il s’agit notamment de collaborations locales et d’un volet important d’information et de formation (sida, tuberculose, malaria, santé mentale, patients sans accès aux soins de santé, etc.).



Que signifie le logo de MSF ?

Notre logo actuel est l'aboutissement d'une évolution de notre logo initial qui représentait une croix blanche sur fond rouge. Nous avons voulu modifier celui-ci pour deux raisons. D'une part, il fallait nous démarquer du logo de la Croix-Rouge. D'autre part, nous voulions ôter toute connotation religieuse en supprimant la croix.

Nous avons finalement opté, en 1994, pour le logo que nous connaissons aujourd'hui. La silhouette est ambivalente. Elle évoque à la fois un être humain en mouvement qui fuit les violences ou une personne qui vient en aide à d'autres personnes. Dans les deux cas, il s'agit d'un personnage actif et les rayures ne font que renforcer ce dynamisme. Enfin, nous avons conservé le rouge qui prédominait dans le logo initial.




cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB