cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 

Épidémie d'Ébola en Afrique de l'Ouest



Depuis le début de l’année, une épidémie d'Ebola a éclaté en Guinée. Elle s’est ensuite rapidement propagée dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest. MSF s’est massivement investie dans la lutte contre l’épidémie, mais nous avons aujourd’hui atteint nos limites. Le 23 septembre, l'OMS a comptabilisé 6.553 patients infectés par l’Ebola et 3.083 personnes décédées.



L’aide internationale consacrée à l’épidémie d’Ebola, qui fait actuellement rage en Afrique de l’Ouest, doit être renforcée de toute urgence. L’épidémie est toujours hors de contrôle et continuera de se propager si davantage de personnel et de moyens ne sont pas rapidement déployés.

Au Liberia et en Sierra Leone, le bilan continue de s’alourdir de façon dramatique. En Guinée, où l’épidémie a démarré, la situation n’est pas encore sous contrôle. Les autorités des quatre pays touchés – la Guinée, la Sierra Leone, le Libéria et le Nigéria – ont besoin du soutien d’autres pays et organisations. Des moyens financiers seuls ne suffisent pas : ces pays ont besoin de main d’œuvre et d’expertise.

MSF est à pied d’œuvre depuis mars et a atteint la limite de ses capacités. Nous gérons six cliniques Ebola dans trois pays et fournissons des conseils techniques aux autorités de quatre États.

C’est tout le système de soins de santé de ces pays qui menace de s’écrouler à cause de l’épidémie d’Ebola. Au Liberia et en Sierra Leone, de nombreux hôpitaux ont été désertés ou fermés. Les maladies comme le paludisme, les diarrhées et les grossesses et accouchements avec complication pourraient dès lors faire d’autres victimes.

> En savoir plus sur le virus Ebola




cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 

Guinée


Ebola : la mise en quarantaine du personnel de retour d'Afrique de l'Ouest peut ruiner les efforts pour lutter contre l'épidémie
shadLO.jpg, 0 kBshadRO.jpg, 0 kB
 
 
shadLU.jpg, 0 kBshadRO.jpg, 0 kB
 
Cette disposition, appliquée même en l'absence de symptômes, n'est pas fondée sur des mesures scientifiques, et pourrait ruiner les efforts en cours pour endiguer l'épidémie à la source. La priorité doit être donnée à un suivi rigoureux de l'état de santé des personnes de retour d'un pays touché par Ebola, plutôt qu'à l'isolement coercitif de personnes asymptomatiques.
 
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
Toutes les Nouvelles



cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 


 

cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
Témoignage du Dr Luis Encinas, coordinateur d’urgence à Macenta
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
Témoignage de Michel Van Herp, épidémiologiste en Guinée
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB