cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 

Épidémie d'Ébola en Afrique de l'Ouest



Depuis le début de l’année, une épidémie d'Ebola a éclaté en Guinée. Elle s’est ensuite rapidement propagée dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest. MSF s’est massivement investie dans la lutte contre l’épidémie, mais nous avons aujourd’hui atteint nos limites. Le 20 août, l'OMS a comptabilisé 2.473 patients infectés par l’Ebola et 1.350 personnes décédées.



L’aide internationale consacrée à l’épidémie d’Ebola, qui fait actuellement rage en Afrique de l’Ouest, doit être renforcée de toute urgence. L’épidémie est toujours hors de contrôle et continuera de se propager si davantage de personnel et de moyens ne sont pas rapidement déployés.

Au Liberia et en Sierra Leone, le bilan continue de s’alourdir de façon dramatique. En Guinée, où l’épidémie a démarré, la situation n’est pas encore sous contrôle. Les autorités des quatre pays touchés – la Guinée, la Sierra Leone, le Libéria et le Nigéria – ont besoin du soutien d’autres pays et organisations. Des moyens financiers seuls ne suffisent pas : ces pays ont besoin de main d’œuvre et d’expertise.

MSF est à pied d’œuvre depuis mars et a atteint la limite de ses capacités. Nous gérons six cliniques Ebola dans trois pays et fournissons des conseils techniques aux autorités de quatre États.

C’est tout le système de soins de santé de ces pays qui menace de s’écrouler à cause de l’épidémie d’Ebola. Au Liberia et en Sierra Leone, de nombreux hôpitaux ont été désertés ou fermés. Les maladies comme le paludisme, les diarrhées et les grossesses et accouchements avec complication pourraient dès lors faire d’autres victimes.

> En savoir plus sur le virus Ebola




cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 

Guinée


Epidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest : quel rôle pour le Luxembourg ?
shadLO.jpg, 0 kBshadRO.jpg, 0 kB
 
 
shadLU.jpg, 0 kBshadRO.jpg, 0 kB
 
Six mois après le début de l’épidémie d’Ebola, le nombre de nouveaux cas et les décès continuent d’augmenter dramatiquement. Les taux de transmission de la maladie ont atteint des niveaux sans précédent et le virus se propage rapidement. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré le 8 août dernier cette épidémie comme « une urgence de santé publique de portée mondiale » et projette qu’entre 20.000 et 100.000 personnes seront infectées dans les trois prochains mois au Libéria, en Sierra Leone et en Guinée. Cette urgence ne s’est pourtant pas encore traduite sur le terrain. « Les Etats ont rallié la coalition mondiale de l’inaction », a déclaré, à la tribune de l’ONU, le Dr Joanne Liu, Présidente Internationale de MSF. La communauté internationale doit prendre ses responsabilités et le Luxembourg doit se joindre aux efforts à mettre en œuvre pour endiguer l’épidémie.Selon l’OMS, il y a eu 4.293 cas recensés et 2.296 morts depuis le commencement de l’épidémie (chiffres datant du 6 septembre 2014). Fort de son expertise et de son expérience dans la gestion des personnes infectées par le virus Ebola, MSF a répondu sur le terrain dès les premiers jours de l’apparition du virus en Guinée. Les efforts déployés par les équipes MSF sont énormes. Mais ils ne suffiront pas à endiguer cette épidémie. «C’est très éprouvant émotionnellement de voir tant de personnes mourir. Les équipes MSF se sont portées volontaires pour fournir des soins médicaux et non pas pour manipuler des sacs mortuaires. Pourtant, sans une augmentation massive de l’assistance, cela continuera à être le quotidien du personnel MSF», explique Paul Delaunois, le directeur de MSF-Luxembourg. Par la voix de sa Présidente internationale, le Dr Joanne Liu, MSF a appelé le 2 septembre les Etats membres des Nations unies à déployer immédiatement du personnel et des moyens logistiques en Afrique de l’Ouest.L’Histoire jugera les Etats sur leur réponse à cette crise exceptionnelle. MSF Luxembourg reste...
 
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
Toutes les Nouvelles



cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 


 

cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
Témoignage du Dr Luis Encinas, coordinateur d’urgence à Macenta
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
Témoignage de Michel Van Herp, épidémiologiste en Guinée
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB