cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 

Épidémie d'Ébola en Afrique de l'Ouest



Une épidémie d’Ébola a frappé la Guinée depuis janvier 2014. Le virus mortel s'est propagé à cinq endroits, y compris la capitale, Conakry. Des cas suspects ou avérés, ont été relevés en Sierra Leone et au Libéria.



Le virus de l’Ébola est très contagieux et très meurtrier: 80% des patients en meurent. Il n'existe pas de traitement.

Alors que l’épidémie d’Ebola continue de s’étendre, avec plus de 1.093 cas et 660 décès à ce jour en Afrique de l’Ouest, MSF renforce sa riposte à l’épidémie dans les zones les plus touchées. Si le nombre de cas a sensiblement diminué en Guinée, le virus se propage de plus en plus en Sierra Leone et au Liberia, deux pays voisins. Les ressources humaines de MSF sont déjà sur-sollicitées et les autorités sanitaires  ainsi que les organisations internationales ont le plus grand mal à endiguer l’épidémie.




La situation se détériore rapidement au Liberia. Des cas sont à présent confirmés dans sept comtés, y compris à Monrovia, la capitale. La réponse est insuffisante et des efforts doivent être consentis de toute urgence pour renforcer l’intervention de lutte contre l’épidémie, notamment en ce qui concerne la recherche des contacts, le contrôle des infections lors des funérailles et la mise en place d’un système d’alerte. 

Malgré ses ressources limitées, MSF parvient à apporter un soutien technique au ministère de la Santé. L’organisation a ouvert un centre de traitement à Foya, dans le comté de Lofa, au nord du pays, où le nombre de cas ne cesse d’augmenter depuis la fin du mois de mai. Une fois le centre mis en place, MSF en a transféré la gestion à l’organisation non gouvernementale Samaritan’s Purse le 8 juillet. 6 patients y sont actuellement traités et les experts de MSF continuent d’apporter leur soutien technique au personnel du centre et à en assurer la formation. L’équipe va désormais réorienter ses efforts sur Voinjama, toujours dans le comté de Lofa, où selon des témoignages, des malades décèderaient avant même d’avoir pu rejoindre des centres de santé. L’équipe de MSF ouvrira une unité de référence où les cas suspects seront isolés avant d’être transférés vers le centre de traitement de Foya.  

À Monrovia, une équipe d’urgence de MSF – un coordinateur de projet, un médecin, deux épidémiologistes et deux spécialistes en eau et hygiène – monte actuellement un nouvel hôpital sous tente d’une capacité de 40 à 60 lits. Le centre, dont l’ouverture est prévue le 27 juillet sera également géré par Samaritan’s Purse. L’équipe de MSF avait déjà aménagé une unité d’hospitalisation de 15 lits au sein de l’hôpital JFK de Monrovia et confié sa gestion au ministère de la Santé en avril. Depuis, cette unité a été fermée et tous les patients sont actuellement pris en charge à l’hôpital  ELWA, à Paynesville, dans l’attente de l’ouverture du nouveau centre. L’équipe aide également les autorités sanitaires à coordonner l’ensemble de la riposte et leur apporte des conseils techniques et médicaux.

cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 

Libéria


Epidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest : le point sur les activités de MSF
shadLO.jpg, 0 kBshadRO.jpg, 0 kB
 
 
shadLU.jpg, 0 kBshadRO.jpg, 0 kB
 
Alors que l’épidémie d’Ebola continue de s’étendre, avec plus de 1.093 cas et 660 décès à ce jour en Afrique de l’Ouest, MSF renforce sa riposte à l’épidémie dans les zones les plus touchées. Si le nombre de cas a sensiblement diminué en Guinée, le virus se propage de plus en plus en Sierra Leone et au Liberia, deux pays voisins. Les ressources humaines de MSF sont déjà sur-sollicitées et les autorités sanitaires ainsi que les organisations internationales ont le plus grand mal à endiguer l’épidémie.
 
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB