cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 

AFGHANISTAN


cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 

DERNIÈRE MISE À JOUR - 12 Décembre



KUNDUZ - LE BILAN S'ÉLÈVE À 42 PERSONNES TUÉES PAR LES FRAPPES AÉRIENNES AMÉRICAINES SUR L'HÔPITAL MSF



Après deux mois d’investigations menées suite aux frappes aériennes américaines qui ont détruit le centre de traumatologie de Médecins Sans Frontières (MSF) à Kunduz, en Afghanistan, le 3 octobre dernier, MSF annonce aujourd’hui que le nombre de morts s’élève désormais à 42 personnes.

14 membres du personnel de MSF, ainsi que 24 patients et quatre accompagnateurs (des proches qui fournissaient également des soins aux patients hospitalisés) ont été tués. MSF avait auparavant rapporté un nombre de mort approximatif de 30 personnes, mais un examen méthodique des dossiers de MSF et des réclamations des familles, des témoignages des patients, du personnel et des familles permet de confirmer aujourd’hui un bilan de 42 morts.

Bien qu’il ait été extrêmement difficile de déterminer le nombre de morts dans le chaos des débris de l’hôpital suite à l'attaque, des efforts considérables ont été entrepris afin d'identifier les personnes décédées. Une partie des archives médicales, des dossiers des patients et des feuilles d'admission ont été détruits dans l’incendie du bâtiment principal de l'hôpital au cours de l'attaque. En outre, d’autres restes humains ont été retrouvés dans les décombres de l'hôpital au cours des deux derniers mois. Des investigations détaillées ont été menées par le biais d’entretiens avec le personnel de MSF, avec des patients et des membres des familles. Ces informations ont été recoupées avec celles d'autres hôpitaux en Afghanistan où les patients de MSF ont été référés après l’attaque, ce qui porte le nombre de morts à au moins 42 personnes.
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 


Attaque sur l'hôpital de Kunduz


Entre 2h08 et 3h15 du matin ce samedi, le 3 octobre 2015, l’hôpital de traumatologie de MSF à Kunduz, Afghanistan, a été bombardé au cours d’une série de raids aériens menés chacun à 15 minutes d’intervalles environ. Le bâtiment principal de l’hôpital, qui abritait le service des soins intensifs, les salles d’urgences et le service de physiothérapie, a été frappé avec précision plusieurs fois, au cours de chaque raid aérien, alors que les bâtiments tout autour ont été presque totalement épargnés.

Quand l’attaque a eu lieu, 105 patients et plus de 80 personnels nationaux et internationaux de MSF étaient à l’hôpital. 22 personnes au total ont été tuées par l’attaque, dont 12 personnels MSF et 10 patients. 37 personnes ont été blessées, dont 19 membres de l’équipe MSF.

Notre personnel n’a signalé la présence d’aucun combattant armé ou combats dans l’enceinte de l’hôpital avant l’attaque. La structure de MSF à Kunduz était un hôpital pleinement opérationnel, rempli de patients et de personnels MSF.

L’attaque a eu lieu malgré le fait que MSF ait fourni les coordonnées GPS de l’hôpital à la Coalition et aux autorités militaires et civiles afghanes, pas plus tard que le jeudi 29 septembre. L’attaque s’est poursuivie plus de 30 minutes après que nous avons alerté les autorités militaires américaines et afghanes à Kaboul et à Washington que l’hôpital était frappé.



Dès le 28 septembre, quand d’importants combats ont éclaté dans la ville de Kunduz, jusqu’au moment de cette attaque, les équipes MSF de Kunduz ont soigné 394 blessés à l’hôpital. L’hôpital MSF était la seule structure de ce genre dans le nord-est de l’Afghanistan, fournissant gratuitement des soins chirurgicaux spécialisés vitaux. En 2014, plus de 22 000 patients ont été soignés à l’hôpital et plus de 5900 interventions chirurgicales ont été effectuées. L’hôpital a été partiellement détruit et n’est plus en état de fonctionner, laissant des milliers de personnes privées de soins médicaux d’urgence, au moment où ils en ont le plus besoin.

Nous exigeons l’ouverture d’une enquête indépendante par la Commission d’enquête Internationale Humanitaire (IHFFC.org) pour établir les faits de cet événement. La CIHEF n’est pas un organe de l’ONU. Elle a été établie en 1977 en vertu du premier protocole additionnel, article 90 des Conventions de Genève qui encadre les règles de la guerre, puis est devenue effective en 1991. La CIHEF a été mise en place précisément dans ce but : enquêter indépendamment sur les violations du Droit humanitaire, telles que les attaques sur les hôpitaux, qui sont protégés en zones de conflits.
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 



Soutenez-nous sur les réseaux sociaux avec le hashtag #IndependentInvestigation

Pour plus d'impact, imprimez notre affichette et prenez-vous en photo avec.

Voir tous les messages de soutien

cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 

Afghanistan

AFGHANISTAN : L'INTENSITÉ DES COMBATS À HELMAND EMPÊCHE DE NOMBREUX PATIENTS D'ACCÉDER AUX SOINS
shadLO.jpg, 0 kBshadRO.jpg, 0 kB
 
 
shadLU.jpg, 0 kBshadRO.jpg, 0 kB
 

Alors que les combats touchent aujourd’hui des districts entourant Lashkar Gah, la capitale de la province afghane d’Helmand, les personnes malades et blessées ont énormément de difficultés à atteindre l’hôpital de Boost, une structure de 300 lits gérée par MSF en collaboration avec le ministère afghan de la Santé.

 
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB
 
Toutes les Nouvelles
cornerLU.gif, 0 kBcornerLD.gif, 0 kB