× schließen
La pandémie de coronavirus se propageant de plus en plus, nous étendons nos interventions et lançons de nouveaux projets.

    NOS ACTIONS POUR FAIRE FACE À LA PANDÉMIE DE COVID-19 DANS LE MONDE

    EUROPE
    • Italie : MSF apporte son soutien à trois hôpitaux dans le premier épicentre de la pandémie en Lombardie, avec des activités de contrôle des infections et la présence de quelques médecins sur place. En dehors de l’hôpital, nous menons des activités pour atteindre les personnes les plus vulnérables et supportons un programme de télémédecine qui aide les personnes isolées à domicile. Dans la région de Marche, au centre de l'Italie, où le nombre de patients est en augmentation, nous soutenons un réseau de structures de soins dans différentes villes, afin d'éviter les contaminations dans des zones vulnérables où il n'y a pas de personnel médical spécialisé pour traiter les patients. Actuellement, une quarantaine de nos employés participent à la réponse contre le coronavirus en Italie.
       
    • Espagne :nos équipes ont commencé leur activités à Castilla y Leon (Soria et Segovia), tout en apporter leurs conseils aux maisons de retraite de la région de Madrid. Les équipes lancent également des activités en Andalousie et au Portugal (conseils techniques, formation et évaluation de la situation). D'autres extensions d'hôpitaux sont en cours d'ouverture dans différentes villes de Catalogne (également à la recherche de différents hôtels pour alléger la pression sur les hôpitaux) et des activités dans les maisons de repos commencent à se mettre en place.
       
    • Belgique : MSF lance des opérations de grande ampleur dans le pays : l'intervention de MSF en réponse au Covid-19 comporte trois volets : 1) soutien et conseils techniques et stratégiques à plus de 10 hôpitaux (à Mons, Anvers, Charleroi et dans le Limbourg) pour augmenter leur capacité d'admission, 2) des équipes mobiles dans les maisons de repos (30 jusqu'à présent à Bruxelles et maintenant en Flandre et en Wallonie), y compris un soutien psychologique pour le personnel et une recherche active des cas pour isoler les résidents infectés, 3) soutien aux groupes vulnérables tels que les sans-abri et les migrants sans papiers, axé sur une unité médicale d'isolement à Bruxelles pouvant atteindre jusqu'à 150 lits, ainsi que sur l'aide aux centres où les personnes vulnérables vivent. Il y a plus de 100 personnes qui travaillent à plein temps sur ces projets Covid-19 en Belgique.
       
    • France : en concertation avec les autorités sanitaires, MSF intervient en Ile-de-France auprès des populations les plus vulnérables, comme les personnes migrantes, envers lesquelles nos équipes sont déjà actives depuis plusieurs années. Le 24 mars, 700 personnes ont été évacuées d’un camp à Aubervilliers, près de Paris, où elles vivaient dans des conditions précaires. Elles ont été transférées sur différents sites réquisitionnés en urgence par les autorités à Paris et en Ile-de-France. Des équipes MSF sont déployées dans certains de ces sites pour évaluer leur santé et identifier les cas potentiels de Covid-19. D'autres équipes interviennent auprès des personnes précaires confinées dans des hébergements temporaires d'urgence ou vivant toujours dans la rue. Des équipes évaluent également la situation dans certains hôpitaux de référence à Paris et ailleurs, en explorant la possibilité d'apporter un soutien à l’organisation des soins aux patients. L'intervention de MSF s'étend progressivement, notamment concernant le soutien aux hôpitaux. Le week-end dernier, un soutien logistique a commencé à l'hôpital de Reims (tente gonflable pour augmenter la capacité en lits).
       
    • Suisse : À Genève, MSF est présente sous la forme d’un support logistique aux associations et aux services de la ville pour assister les personnes marginalisées, sans-abris, les migrants et les mineurs non accompagnés, dont les conditions d’accueil et d’hébergement sont soumises à des normes d’hygiène et de distance sociale. MSF prévoit ainsi un accompagnement via des formations dispensées aux volontaires mobilisés dans les abris et autres lieux d’accueil, et qui assurent la distribution de produits de première nécessité et coupons de nourriture à environ 1 300 familles. Dans le cadre des relations entretenues avec le Service des urgences et le Service de médecine de premiers recours des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), MSF constitue une équipe médicale mobile qui sera chargée de se rendre au domicile des personnes positives au Covid-19, dont l’état de santé nécessite un suivi médical. Les cas identifiés comme urgents seront référés à l’hôpital. Enfin, à Genève, MSF est en lien avec les responsables, publics et privés, de la gestion des corps, afin d’évaluer et d’émettre des recommandations sur les procédures en place. Des activités de soutien – prévention et contrôle des infections, ainsi que de promotion de la santé - ont également débuté à Lausanne.
       
    • Norvège : les équipes MSF aident un hôpital, lequel subit une pression particulièrement forte, en matière de planification stratégique et de contrôle des infections.
       
    • Grèce : MSF a établi un plan d'urgence pour le camp de réfugiés de Moria, à Lesbos, en cas de survenue de la maladie. Sur l’île de Samos, une équipe aide à isoler les cas simples et à évaluer le besoin potentiel de soutien hospitalier. Nous effectuons également de l'information à la santé auprès des résidents des camps, et nous avons mis en place toutes les procédures nécessaires pour soutenir le transfert des patients présentant des symptômes de COVID-19. Nous augmentons également l’approvisionnement en eau et les services sanitaires dans les camps, et nous intensifions nos opérations avec le recrutement de personnels (médical, paramédical et autres) supplémentaires, ainsi que par l'acquisition des équipements nécessaires. Nous sommes en discussion avec le ministère de la Santé pour voir comment nous pouvons apporter encore davantage de soutien. Par ailleurs, MSF demande l'évacuation des camps de réfugiés de Lesbos et Samos, complètement surpeuplés et insalubres.
       
    • Ukraine : nous exerçons des activités d'éducation à la santé, en fournissant des informations sur la manière de prévenir la transmission du virus, et nous renforçons les mesures de contrôle des infections au sein de nos projets.
    AFRIQUE
    • En Afrique du Sud,  MSF a réalloué du personnel travaillant sur des projets existants pour les projets liés au Covid-19 à Gauteng, KwaZulu-Natal et les provinces ouest du Cap. Les équipes MSF apportent leur soutien en limitant les contaminations en : traçant les contact (physiques et téléphoniques) ; développant et disséminant du matériel de promotion de la santé ; désengorgeant les centres de santé avec des zones de triage et de dépistage à l’extérieur des centres et en s’assurant que les personnes atteintes de VIH ou de la tuberculose aient accès à des médicaments délivrés à domicile. Des interventions en faveur des personnes vulnérables, telles que les demandeurs d’asile et les personnes âgées sans domicile, sont actives à Tshwane.
       
    • Au Burkina Faso : nous apportons un soutien aux patients du centre de santé de Fada ; nous prodiguons une formation au personnel du ministère de la Santé et dans le cadre de nos activités régulières, une formation au personnel en promotion de la santé, triage et contrôle et prévention des infections. Nous évaluons également la capacité de traitement des patients à Ouagadougou. Les discussions avec les autorités sanitaires pour soutenir la réponse sont en cours.
       
    • Au Cameroun : nous mettons en place une salle d'isolement de 20 lits à l'hôpital de Buea, des soins à prodigués aux patients, ainsi que des formations au contrôle et à la prévention des infections. À Yaoundé, nous soutenons les autorités sanitaires de l'hôpital général, où 20 lits ont été déployés. Nous y mettons en place un circuit de patients plus sûr, ainsi que des mesures de prévention et de contrôle des infections. Nous préparons également la structure de Djongolo au Covid-19. Nous avons aussi commencé la construction de 4 chambres de 20 lits, afin d'augmenter la capacité d'accueil jusqu'à 134 lits. MSF a commencé son soutien à l'hôpital régional de Bamenda - le centre de référence pour les cas de Covid-19 dans la région du Nord-Ouest. Nos équipes ont commencé la formation du personnel de l'hôpital en matière de contrôle et de prévention des infections, et ont installé une première tente de dépistage à l'entrée. Comme la salle d'isolement de l'hôpital est très limitée (6 lits), MSF installera une tente plus grande cette semaine pour atteindre une capacité de 30 lits. Une ambulance est chargée de tous les mouvements liés aux cas (suspects) de Covid-19 dans la région Nord-Ouest. Le centre d'appel des ambulances applique un questionnaire mis à jour pour identifier les cas suspects de Covid-19, et des procédures spéciales sont en place concernant la désinfection des véhicules.
       
    • En Côte d'Ivoire : à Abidjan, MSF a soutenu le ministère de la Santé dans un centre de transit, dans le dépistage et le transfert des personnes présentant des symptômes de coronavirus vers le centre de soins. À Bouaké, des formations pour les agents de santé et des activités de dépistage aux différents points d'entrée de la ville sont déjà en cours. Des activités relatives à l'eau et à son assainissement sont également mises en œuvre.
       
    • En Eswatini, nous aidons le ministère de la Santé concernant les mesures à prendre de contrôle de l’infection et de triage dans les centres de santé. Nous implémentons des modèles adaptés de soins aux patients vivant avec le VIH, la tuberculose ou d’autres maladies non transmissibles pour réduire leurs risques d’infection.
       
    • Au Kenya, une équipe soutient le centre de santé de Kibera South à Kibera, le plus grand bidonville de Nairobi. L'équipe renforce les mesures de contrôle et de prévention des infections, le triage, le dépistage et la gestion du transfert des cas suspects vers un hôpital voisin. MSF a adapté sa façon de soigner les gens pour protéger son personnel et ses patients - par exemple, en donnant des antirétroviraux aux patients pendant trois mois, de sorte qu'ils doivent se rendre moins souvent dans les centres de santé.
       
    • Au Libéria, nos équipes travaillent à soutenir les efforts du ministère de la Santé pour prévenir et traiter le Covid-19. MSF a apporté son soutien au centre de traitement dédié au Covid-19 du ministère de la Santé, par exemple pour améliorer le flux de patients et la qualité des soins aux patients. MSF comble les lacunes en termes de sensibilisation de la communauté et de prévention de l'infection, et prévoit d'autres activités pour aider à prévenir la transmission parmi les populations les plus vulnérables de Monrovia.
       
    • En Libye, nous avons dispensé des formations sur le contrôle des infections et sur les soins à apporter aux patients, auprès des infirmières et médecins des hôpitaux de Tripoli.
       
    • Au Mali, MSF soutient la gestion d'une unité dédiée au Covid-19 à Bamako, dans l'enceinte de l'hôpital où elle gère son programme d'oncologie. L'unité est mise en place et gérée par le ministère de la Santé et se compose d'une zone de triage et d'isolation/observation et d'un service qui accueille actuellement 8 lits, mais il est prévu de déménager dans un nouveau bâtiment pour augmenter la capacité à 100 lits. MSF fournit du personnel médical, infirmier et de contrôle de l'hygiène, ainsi qu'un soutien logistique et technique. MSF aide également à la prévention des infections, à la formation du personnel et à la révision des transferts des patients dans deux autres hôpitaux de Bamako. Nous renforçons également les activités de sensibilisation et de recherche de contacts auprès des personnes du ministère de la Santé à Bamako, et fournissons des stations de lavage des mains dans les endroits stratégiques/les plus à risque (plus de 30 ont été installées jusqu'à présent). À Niono et dans les environs, MSF a lancé des activités de sensibilisation et a installé des points d'eau pour le lavage des mains au sein de l'hôpital de référence et dans les centres de santé périphériques où nous avons des activités. Dans la région de Tominian, nous avons installé une tente pour l'isolement des patients potentiellement infectés, ainsi qu’une structure dédiée au lavage des mains.
       
    • Au Niger : nous adaptons les mesures de triage et de contrôle et de prévention des infections, au sein de nos activités à Magaria. Des mesures d'isolement sont également développées. Nous prévoyons également de former les agents de santé à la préparation au Covid-19, et nous avons commencé des activités de promotion de la santé à Niamey et à Magaria.
       
    • Au Nigéria : nos équipes mettent en place des installations d'isolement, des processus de triage, des activités supplémentaires de promotion de la santé, et la mise en place de structures de lavage des mains et de zones d'isolement et ce, dans les communautés locales et les camps de personnes déplacées. À Ngala, les équipes concentrent leurs efforts sur le renforcement du contrôle de la prévention des infections. Dans les sept États où MSF travaille au Nigéria, nous apportons un soutien technique au ministère de la Santé et au Centre de contrôle des maladies, pour la mise en place de centres d'isolement pour les patients présentant des symptômes de Covid-19, ainsi que pour la réalisation d'activités de promotion de la santé au niveau communautaire, et l'installation de points de lavage des mains et de zones d'isolement dans les communautés locales et les camps de personnes déplacées. Dans l'État d'Ebonyi, MSF soutient le ministère de la Santé et le Centre de contrôle des maladies du Nigéria dans la mise en place du premier centre de dépistage de Covid-19 de l'État. À Sokoto, nous dispensons des formations en « prévention et contrôle des infections » au ministère de la Santé, et soutenons la mise en place d'une unité d'isolement et de traitement de 20 lits.
       
    • En République démocratique du Congo : à l'hôpital général de référence de Masisi (Nord Kivu), une salle d'isolement de 20 lits a été mise en place. À Kinshasa, un soutien a commencé à être apporté à l'hôpital St Joseph, l'un des six hôpitaux identifiés par le ministère de la Santé pour la gestion des cas de Covid-19. La formation du personnel médical à la détection et à la prévention des cas de Covid-19 a commencé, et l'équipe travaille à l'installation d'une salle d'isolement de 40 lits (sous tente).
       
    • Au Sénégal, à Dakar, nous soutenons les autorités sanitaires de l'hôpital Dalal Jamm, où nous donnons des formations ainsi qu'un soutien aux activités de promotion de la santé.
       
    • En Sierra Leone, MSF participe à la task force mise en place pour lutter contre le Covid-19. Un épidémiologiste MSF apporte son soutien avec de la surveillance et du traçage des contacts. Nous sommes actifs en promotion de la santé et apportons notre support en contrôle et prévention de la maladie aux centres de santé du ministère de la Santé que nous aidons.
       
    • Au Soudan, les équipes de MSF sont en contact avec le ministère fédéral de la Santé et soutiennent la préparation d'une réponse au Covid-19 comprenant des mesures de contrôle et de prévention des infections, la mise en place d'un centre de traitement, des formations pour le personnel de MSF et du ministère de la Santé, et la logistique de base. En collaboration avec l'OMS et les autorités sanitaires soudanaises, MSF a fourni des « Formations aux Formateurs » (FaF) au personnel médical de 90 hôpitaux publics et privés à Khartoum, y compris les deux centres d'isolement. Par la suite, l'OMS et le ministère de la Santé ont déployé des FaF dans neuf États. Les objectifs de ces formations étaient d'accroître la capacité des établissements de santé et de préparer ceux-ci à répondre à d'éventuels patients suspects et confirmés de Covid-19, de renforcer les connaissances et les normes en matière de « contrôle et prévention des infections », et de rationaliser le circuit des établissements de santé en fonction du niveau d'exposition.
       
    • Au Soudan du Sud, il n’y a actuellement aucun cas confirmé de Covid-19. MSF assiste le ministère de la Santé avec la formation de soignants en contrôle et prévention de la maladie, ainsi que pour trier les patients présentant les symptômes de la maladie. Parallèlement, les projets de MSF dans le pays mettent en place des plans pour d’éventuels cas de Covid-19 dans leurs zones d’action.
       
    • En Tanzanie : notre équipe de promotion de la santé, présente au camp de Nduta, travaille à sensibiliser et à éduquer la communauté sur l'hygiène et autres pratiques sanitaires, afin d'améliorer la préparation à la menace potentielle du Covid-19. MSF est la principale organisation qui prodigue des soins de santé dans le camp de réfugiés de Nduta, dans l’ouest du pays, lequel accueille plus de 73 000 réfugiées venant du Burundi. Les équipes MSF sont actuellement en train de renforcer le système de santé et d’implémenter des mesures pour augmenter la capacité de traitement dans le cas d’une potentielle épidémie de Covid-19 dans le camp.
       
    • Au Zimbabwe : nous soutenons l’organisation des soins prodigués aux patients atteints du Covid-19 et qui sont isolés à Harare. Nous augmentons la capacité d’accueil à 164 lits et faisons de la promotion de la santé.
    MOYEN-ORIENT
    • À Gaza, nous avons réduit nos activités régulières. Nous préparons notre personnel et nos installations afin d’être prêt dès le premier besoin d’intervention contre le Covid-19.
       
    • Au Liban, à Zahle, où MSF gère un service pédiatrique dans l'hôpital gouvernemental Elias Hraoui (maintenant identifié comme un hôpital de référence Covid-19), nos équipes soutiennent le personnel de l'hôpital en gérant une zone de triage pour les enfants, sous des tentes installées à l'extérieur des locaux. Nous assurons aussi la gestion des cas suspects dans le service « hospital inpatient care » et l'unité de soins intensifs pédiatriques. Nous apportons aussi notre soutien à l'hôpital gouvernemental Elias Hraoui par la mise en place d'une salle d'urgence Covid-19 en dehors des locaux pour le triage et le dépistage des patients adultes. À Bar Elias, l'hôpital de chirurgie élective de MSF, qui s'occupe habituellement des opérations électives et des soins aux blessés, sera également prêt à accueillir des patients infectés par le Covid-19, et ce 24 heures sur 24. Afin de mieux se préparer à un éventuel afflux de patients infectés, MSF a dû suspendre temporairement les chirurgies électives, mais les activités de soins aux blessés sont toujours en cours. En plus d'adapter les activités des hôpitaux et des services hospitaliers que nous gérons, nous avons été en contact avec plusieurs hôpitaux gouvernementaux (à Hermel et à Saïda) pour les soutenir avec différents services logistiques et fournitures médicales, et pour augmenter leurs capacités médicales par la formation du personnel.
       
    • En Syrie, au nord-ouest : dans certains des hôpitaux et centres de santé que nous soutenons, nous examinons les systèmes de triage et le flux des patients afin de garantir une détection rapide des cas potentiels de Covid-19 et leur isolement du reste des patients. Cette mesure est prise pour mettre les personnes symptomatiques sous observation jusqu'à l'arrivée d'une ambulance qui les emmènera dans une structure dédiée pour des tests et un suivi. Nous avons également mis en place des comités d'hygiène et les avons renforcés avec du personnel supplémentaire. Nous avons aussi renforcé les mesures de prévention et de contrôle des infections dans nos établissements, équipé notre personnel en équipements de protection, fait don d'équipements de protection au personnel et, enfin, donné des fournitures supplémentaires pour ces établissements afin de faire face à un nombre accru de consultations. Dans certains des camps où nous intervenons, nous avons diffusé des messages de sensibilisation, adapté le système de triage de nos cliniques mobiles et avons mis en place des mesures de distanciation sociale et revu nos protocoles, afin de pouvoir également poursuivre les distributions de produits non alimentaires et de maintenir les services de santé, tout en diminuant le risque de contamination. Au nord-est de la Syrie : nous assurons des formations et mettons en place des mesures de prévention à l'hôpital national de Hassekeh et au camp d'Al Hol. Ces mesures comprennent la surveillance, l'identification des cas, la formation sur le flux et le triage des patients, la formation en « prévention et contrôle des infections », la formation à la gestion des cas, des conseils sur l'utilisation des équipements de protection personnels (pour atténuer la surconsommation), le soutien logistique pour la préparation des installations d'accueil des patients. Nos activités régulières et notre soutien à l'hôpital national de Raqqa, à la clinique de soins ambulatoires de Raqqa et à la maternité de Kobane se poursuivent. Dans le camp d'Al Hol, nous continuons à gérer un centre de nutrition, un programme de soins aux blessés sous tente pour ceux qui n'ont pas pu se rendre aux cliniques pour y recevoir des soins, ainsi que la fourniture d'eau et de soutien sanitaire dans le camp.
       
    • En Irak, MSF a commencé à soutenir l'hôpital Ibn El Khateeb, un hôpital du ministère de la Santé à Bagdad, identifié comme l'un des principaux hôpitaux traitant les patients Covid-19 dans la ville. Nous fournissons à l'établissement une formation technique sur le triage des patients et la protection et le contrôle des infections. À Mossoul, MSF a équipé un bâtiment de 50 chambres (géré par le ministère de la Santé) dans le complexe hospitalier d'Al Salam, destiné à assurer l'isolement des patients. Un autre hôpital, appelé Al Shifaa, est situé dans ce même complexe. Al Shifaa a été reconstruit par MSF en 2019 et est maintenant utilisé comme le principal point de référence pour la lutte contre le Covid-19 pour les patients de la province de Ninawa. MSF soutiendra Al Shifaa en mettant en place 40 salles d'isolement et 30 lits pour la prise en charge des cas légers et graves dans son centre de soins postopératoires. Les projets MSF existants à Ninawa, Diyala, Kirkuk et Bagdad ont également renforcé leur capacité relative au triage, leur soutien au contrôle des infections et à la prévention, et le transfert des cas vers les hôpitaux du ministère de la Santé ; selon les protocole établis par les autorités sanitaires.
       
    • En Iran, nous attendons l'autorisation des autorités pour déployer notre aide.
    ASIE CENTRALE ET ORIENTALE
    • En Ouzbékistan, au Karakalpakstan, nous avons lancé une campagne de promotion de la santé destinée aux patients tuberculeux, plus vulnérables au virus.
       
    • Au Kirghizistan, nous travaillons en étroite collaboration avec le ministère de la Santé et nous offrons notre soutien pour la planification de la préparation au Covid-19. Nous lui avons également fourni des équipements de protection individuelle.
       
    • En Afghanistan, au sein d’un hôpital de Kaboul, MSF dispense une formation au contrôle et à la prévention des infections.
       
    • Au Pakistan, à Timurgara, nous suivons les patients potentiellement infectés. Nous gérons également le service d'isolement et assurons le contrôle et la prévention des infections.
       
    • Au Bangladesh, des activités sont en cours dans les camp de réfugiés de Rohingyas. Au sein d’hôpitaux, nous avons mis en place une zone d'attente pour les patients qui présentent des symptômes de Covid-19. Dans les hôpitaux MSF, des salles d'isolement ont été également mises en place.
       
    • À Hong Kong, MSF a organisé plus de 20 sessions de promotion de la santé en face à face avec des groupes vulnérables. Nous avons également fait de la promotion de la santé par le biais de plateformes en ligne. En outre, l'équipe a organisé 4 ateliers sur la gestion du stress et de l'anxiété, à l'intention des mêmes groupes cibles. Cependant, avec les nouvelles mesures restrictives sur les rassemblements publics imposées par le gouvernement, l'équipe a déplacé ses activités d’engagements communautaires en face à face vers des sessions en ligne. Comme l'épidémie dure depuis des mois maintenant, nous mettons davantage l'accent sur la santé mentale pour faire face au stress causé par une exposition prolongée à l'incertitude.
       
    • En Malaisie, nous sommes prêts à accroître notre soutien au ministère national de la Santé et aux autorités de district pour la recherche et le dépistage des patients. À Penang, nous assurons l'éducation sanitaire au Covid-19. Nous avons aussi fait don de nourriture à 100 familles vulnérables.
       
    • En Indonésie : nous faisons de la promotion de la santé spécifique au Covod-19, à Java, au moyen de distributions de brochures, de formations et de sessions sur le web, notamment sur les mesures de prévention et de contrôle des infections.
       
    • Au Cambodge, nous contribuons à l'élaboration de directives nationales relatives à la prévention des infections et aux soins cliniques pour les patients atteints de Covid-19. Une fois validées, nous déploierons des formations dans huit hôpitaux du pays.
       
    • Aux Philippines, nous procédons à l’évaluation des interventions nécessaires dans la lutte contre le COVID-19.
    AMÉRIQUES
    • Au Brésil, des explorations sont en cours à Sao Paolo, Rio de Janeiro et Mina Gerais pour identifier les manières dont MSF peut apporter son soutien, en se concentrant sur les groupes les plus vulnérables.
       
    • Au Salvador : nous adaptons notre projet actuel à la réponse au Covid-19, en pleine coordination avec le ministère de la Santé ; nous augmentons la capacité des services d'ambulance afin de traiter les patients non infectés ; nous adaptons les services de cliniques mobiles dans les quartiers et envisageons de passer éventuellement à des services de soins à domicile. L'évaluation de l'état de santé des personnes expulsées des États-Unis et du Mexique se poursuit également, afin d'identifier les besoins en matière de prévention et de contrôle des infections, d'isolement, de diagnostic, et de traitement.
       
    • Au Mexique, nous prodiguons des soins de santé physique et mentale, et exerçons des activités de promotion de la santé pour les personnes vivant dans un environnement précaire.
    OCÉANIE
    • En Papouasie-Nouvelle-Guinée, les activités régulières de lutte contre la tuberculose sont en suspens. Des équipes ont commencé à dispenser des formations sur le contrôle et la prévention des infections, le dépistage et les mesures de triage dans 22 provinces du pays.
    Spenden

    COVID-19 : LES ACTUALITÉS