× Fermer
UKRAINE. Pisky. 22 February 2022. A school destroyed during the fighting. © Lorenzo Meloni/Magnum Photos

Ukraine

Urgence humanitaire en Ukraine : Une course contre la montre pour la survie

UKRAINE. Pisky. 22 février 2022. Une école détruite pendant les combats. © Lorenzo Meloni/Magnum Photos
Communiqués de presse 
Lviv / Bruxelles - Médecins Sans Frontières (MSF) craint qu'il n'y ait une course contre la montre pour acheminer le matériel médical vers les villes encerclées militairement.

    « Alors que les hôpitaux de l'est sont submergés par un nombre croissant de patients souffrant de traumatismes de guerre, leurs fournitures s'amenuisent », explique Anja Wolz, coordinatrice des urgences MSF en Ukraine. « Et nous ne savons pas combien de temps il faudra avant que Kiyv ne soit coupée du monde ».

    « Destruction, bombardements aériens, tirs d'artillerie lourde, batailles de chars, villes encerclées, débuts de guerre urbaine, personnes s'abritant dans des bunkers et des sous-sols à court de nourriture, d'eau et d'électricité - voilà ce qui se passe ; et cela empire », poursuit Wolz.

    La brutalité, l'intensité et la rapidité de cette guerre ne ressemblent à rien de ce que nous avons vu depuis longtemps. Et la réponse médicale humanitaire doit être à l'échelle et à la hauteur. »

    Le samedi 05 mars, les trois premiers camions de fournitures médicales d'urgence de MSF - 120m3 - ont été livrés en Ukraine. Un tiers de ce matériel, principalement du matériel chirurgical et de traumatologie et des médicaments, a été immédiatement envoyé à Kiyv par train. Il a été reçu par le ministère de la Santé à Kyiv pour être distribué aux hôpitaux traitant les blessés de guerre dans la capitale et aux hôpitaux des zones de guerre plus à l'est.

    D'autres fournitures médicales d'urgence sont arrivées à l'entrepôt de MSF en Ukraine ces derniers jours, et d'autres envois suivront dans les jours et les semaines à venir.

    Jusqu'à présent, MSF s'est principalement concentrée sur les équipements et les médicaments pour la chirurgie, la traumatologie, les urgences et les soins intensifs. Mais les besoins sont croissants : insuline pour les patients diabétiques, médicaments pour les patients souffrant d'autres maladies chroniques comme l'asthme, l'hypertension ou le VIH. Certains de ces traitements devront être transportés en respectant la chaîne du froid ce qui va complexifier encore l’acheminement.

    Distribuer les fournitures là où elles sont nécessaires en Ukraine sera un défi. Les trains fonctionnent encore pour la plupart, mais les équipes MSF craignent « qu'il devienne de plus en plus difficile, peut-être rapidement, d'acheminer le matériel médical et le personnel médical là où ils sont nécessaires, d'où l'urgence réelle d'agir rapidement sur ce point maintenant », déclare Wolz.

    Les équipes MSF ont également commencé à proposer des formations aux hôpitaux de Lviv et d'Odessa pour les aider à gérer un grand nombre de blessés arrivant en même temps et à traiter les blessures de guerre.

    Au-delà des fournitures médicales, il est également nécessaire de protéger les personnes qui ont fui leurs maisons des températures glaciales - jusqu'à moins sept degrés Celsius. Des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées à Lviv ou se dirigent vers les frontières hongroises, polonaises ou slovaques. Des températures aussi froides peuvent tuer.

    MSF envoie 160 m3 de matériel pour aider - plus de 2 000 sacs de couchage, plus de 3 500 couvertures thermiques en polaire, des milliers de sous-vêtements thermiques, des pulls en polaire, des bonnets, des vestes de pluie et d'autres vêtements, et plus de 500 tentes, ainsi que des articles d'hygiène comme du dentifrice, des brosses à dents, du savon et des serviettes. Ces articles seront transmis aux organisations de la société civile locale qui les distribueront aux personnes qui ont fui vers Lviv ou qui font la queue aux frontières de l'Ukraine.

    La première équipe chirurgicale de MSF est arrivée à Lviv.

    « La décision de se rapprocher des zones de combats actifs pour effectuer un travail médical de terrain ne peut être prise à la légère », déclare Wolz. « Nous évaluons plusieurs lieux et options et prendrons des décisions dans les jours à venir. »

    Faites un don