× Fermer

Grèce

Les États européens doivent prendre des mesures immédiates pour désamorcer la situation

Vue du camp de Moria, sur l'île de Lesbos. Grèce, octobre 2019. © Anna Pantelia/MSF
Opinions et débats 

    Stefano Argenziano, coordinateur des opérations de MSF en Grèce, a fait la déclaration suivante, appelant le gouvernement grec et les États membres de l'Union européenne (UE) à prendre des mesures immédiates pour faire face à l'urgence à laquelle sont confrontées les personnes prises au piège par les politiques migratoires engendrées par l'accord UE-Turquie de 2016 :

    « Cela fait maintenant près de quatre ans que l'accord UE-Turquie a pris la décision de troquer des vies humaines pour des enjeux politiques.

    Une fois encore, nous constatons que les États membres de l'UE préfèrent la dissuasion à l'assistance la plus élémentaire aux hommes, aux femmes et aux enfants en quête de sécurité. Ces derniers jours, cette situation a franchi un nouveau seuil avec la mort d'un enfant. L'utilisation de gaz lacrymogènes aux frontières terrestres et l'intervention violente des garde-côtes a remplacé l'aide aux bateaux en détresse.
     

    Le gouvernement grec et l'Union européenne doivent prendre des mesures immédiates pour désamorcer la situation.
    Stefano Argenziano, Coordinateur des opérations de MSF en Grèce

    40 000 personnes sont bloquées sur les îles grecques et la situation a atteint un point de rupture pour les demandeurs d'asile et les communautés locales, tous deux ayant été abandonnés au nom de l'accord UE-Turquie de 2016. En conséquence, les tensions accrues ont fait place à des émeutes, des barrages routiers et des attaques contre les personnes qui tentent de fournir de l'aide.

    Les gens déjà vulnérables sont privés d'une assistance essentielle, car les équipes de MSF et d'autres organisations ont été contraintes de limiter leur volume d'activité pour des raisons de sécurité. Le gouvernement grec et l'Union européenne doivent prendre des mesures immédiates pour désamorcer la situation.

    Les mesures d'urgence annoncées par le gouvernement grec auront des conséquences dévastatrices, car elles suppriment le droit de demander une protection et visent à repousser les gens vers la Turquie. Cela ne fera qu'aggraver le chaos, les morts en mer, l'escalade de la violence et une catastrophe humanitaire encore plus grave.

    Les États membres de l'UE doivent faire face à la véritable urgence : évacuer les habitants des îles vers les pays de l'UE, mettre en place un système d'asile qui fonctionne et cesser de piéger les gens dans des conditions épouvantables. »