× Fermer
Une équipe chirurgicale soutenue par MSF à l'unité des grands brûlés d'Al-Shifa, dans la ville de Gaza, change le pansement d'un patient sous anesthésie. ©Tetiana Gaviuk/MSF

Palestine

Les brûlures, un problème de santé chronique à Gaza

Une équipe chirurgicale soutenue par MSF à l'unité des grands brûlés d'Al-Shifa, dans la ville de Gaza, change le pansement d'un patient sous anesthésie. ©Tetiana Gaviuk/MSF
Témoignages 
Chaque année, les cliniques MSF de Gaza traitent 5 000 nouvelles victimes de brûlures, dont la grande majorité sont des enfants blessés dans des accidents domestiques. Les logements insalubres sont l'une des principales causes de ces incidents. Près de 70 % de la population de Gaza sont des réfugiés, dont beaucoup vivent dans des camps, tandis que plus de la moitié de la population vit dans la pauvreté, selon les Nations unies.

    À la clinique MSF de Khan Younis, dans le sud de Gaza, quatre physiothérapeutes se préparent pour une journée bien remplie. Ils portent un équipement de protection individuelle et examinent la liste des patients pour la journée – 46 patients au total, dont près de la moitié sont des enfants qui se remettent de brûlures.

    Reem Abu Lebdeh, l'une des physiothérapeutes, enlève les vêtements compressifs d'Abdallah, 21 mois, et examine attentivement les cicatrices sur ses jambes, son abdomen et son bras droit. Dix mois auparavant, Abdallah avait subi une brûlure qui avait endommagé 50 % de la surface de son corps. Il a passé plus de deux mois à l'hôpital et a reçu une greffe de peau de son père.

    « Encore quelques séances et il pourrait être libéré », déclare Reem Abu Lebdeh.

    Bien que ce soit une bonne nouvelle, ce n'est pas la fin du traitement d'Abdullah. « Les cicatrices ne restreignent pas ses mouvements pour le moment, dit Reem Abu Lebdeh, mais cela pourrait changer à mesure qu'il grandira. Il devra continuer à porter un vêtement compressif jusqu'à ce que ses cicatrices cessent de croître et il devra être réévalué régulièrement. »

    Chaque année, les cliniques MSF de Gaza traitent 5 000 nouvelles victimes de brûlures, dont la grande majorité sont des enfants blessés dans des accidents domestiques. Les logements insalubres sont l'une des principales causes de ces incidents. Près de 70 % de la population de Gaza sont des réfugiés, dont beaucoup vivent dans des camps, tandis que plus de la moitié de la population vit dans la pauvreté, selon les Nations Unies. En conséquence, un grand nombre de personnes vivent dans des logements surpeuplés et dangereux, sans accès suffisant à l'électricité, au chauffage, à l'eau potable ou à l'assainissement.

    « De nombreuses brûlures pourraient être évitées grâce à des logements plus sûrs et en éduquant les gens sur les risques »,
    Séverine Brunet, responsable MSF des activités de traitement des brûlures.

    À quelques lits d'Abdallah, de l'autre côté de la pièce, se trouve Sham, une fillette de deux ans dont la brûlure est également le résultat d'un accident domestique. La physiothérapeute Noura Alzaeem lui prodigue un massage des cicatrices. La famille de Sham, composée de quatre personnes, vit dans une chambre louée dans le camp de réfugiés de Khan Younis - un petit espace qui ne peut accueillir qu'un lit, un matelas et deux placards. La mère de Sham cuisine sur le sol du palier à l'extérieur de la pièce. Un jour, Sham s'est prise dans les fils de la cuisinière électrique pendant que sa mère cuisinait. Elle est tombée et le poêle chaud est tombé sur elle, brûlant 10 % de son corps.

    Il y a trois ans, le frère aîné de Sham, Jamal, alors âgé de deux ans, a également subi une brûlure après être tombé de son lit sur un poêle. Il a été soigné dans une clinique MSF pendant huit mois, explique sa mère.

    Un problème de santé chronique

    En 2021, MSF a traité 5 540 nouveaux brûlés, contre 4 591 en 2020 et 3 675 en 2019. En moyenne, plus de 60 % d'entre eux étaient des enfants de moins de 15 ans et 35 % étaient des enfants de moins de cinq ans. Comme Abdallah et Sham, beaucoup ont été blessés dans des accidents domestiques causés par des mauvais logements insalubres.

    Le dentifrice, la poudre de café et la sauce tomate sont parmi les remèdes maison les plus courants, tandis que certaines personnes ont recours à l'eau de javel ou au sel sur la brûlure.

    Un traitement adéquat dans les 48 premières heures est essentiel pour le rétablissement des patients brûlés, mais la plupart des victimes de brûlures et leurs familles ne connaissent pas les premiers soins pour les brûlures. Le dentifrice, la poudre de café et la sauce tomate sont parmi les remèdes maison les plus courants, tandis que certaines personnes ont recours à l'eau de javel ou au sel sur la brûlure.

    « La première chose à faire est de maintenir la zone brûlée sous l'eau froide, explique Séverine Brunet, et si la blessure est grave, il faut consulter un médecin dès que possible. »

    Atteindre l'hôpital peut également être un défi. Lorsque Nabeel, quatre ans, s'est accidentellement appuyé contre un four chaud dans lequel sa grand-mère Sana faisait du pain, le bas de son dos a été gravement brûlé. Incapables de payer un taxi, il leur a fallu une heure pour se rendre à l'hôpital sur une charrette tirée par des chevaux.

    Pour avoir les meilleures chances de guérison, les patients gravement brûlés ont besoin de changements fréquents de leur pansement, de physiothérapie et de traitements de suivi, mais beaucoup finissent par ne plus venir à leurs rendez-vous à cause des frais de transport. MSF assure le transport vers et depuis sa clinique de Gaza pour éviter ce problème.

    « Suivre tout son traitement est très important, mais c'est très difficile pour nos patients à Gaza, déclare Séverine Brunet. En outre, une mauvaise hygiène due à un accès insuffisant à l'eau potable et à l'assainissement augmente le risque d'infection et de résistance aux antibiotiques, un problème répandu à Gaza. De nombreux patients n'ont pas non plus accès à une bonne nutrition ou ont des comorbidités qui ralentissent leur processus de guérison.»

    Les brûlures peuvent avoir un impact durable sur la santé physique et psychologique, tandis que le traitement peut nécessiter une hospitalisation prolongée et des mois de soins de suivi pour éviter la défiguration et l'invalidité - des soins que le système de santé de Gaza, paralysé par le blocus israélien et égyptien, ne peut pas offrir.

    Pour améliorer l'accès à des soins de qualité pour les victimes de brûlures, MSF fournit une gestion des plaies et de la douleur, de la physiothérapie et un soutien psychosocial aux victimes de brûlures et à leurs soignants dans quatre cliniques de la bande de Gaza et soutient l'unité des brûlés de l'hôpital Al-Shifa - la principale unité de référence à Gaza – où une moyenne de 270 patients sont traités chaque année pour les brûlures. Cependant, tant que les gens continueront à vivre dans des logements inadéquats et surpeuplés, le fardeau des brûlures continuera de peser sur Gaza.

    MSF à Gaza

    MSF prend en charge les brûlures à Gaza depuis 2011. En 2020, lorsque la pandémie de Covid-19 a rendu difficile le transfert de patients brûlés hors de Gaza, MSF a commencé à fournir des masques compressifs aux victimes de brûlures faciales avec une technologie de numérisation et d'impression de masque 3D, fabriqués à Gaza pour la première fois. En 2021, MSF a ouvert la première salle de sédation à Gaza où les enfants gravement brûlés peuvent changer leurs pansements et recevoir une kinésithérapie sous anesthésie sans aller au bloc opératoire.