× Fermer
Début 2018, les combats opposant les troupes d'Ansar Allah et les forces soutenues par la coalition menée par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis se sont intensifiés le long de la ligne de front entre Taïz et Hodeidah

Yémen

Taïz au Yémen : vivre sur la ligne de front

Début 2018, les combats opposant les troupes d'Ansar Allah et les forces soutenues par la coalition menée par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis se sont intensifiés le long de la ligne de front entre Taïz et Hodeidah. © Agnès Varraine-Leca/MSF
Témoignages 
Taïz, troisième ville la plus peuplée du Yémen, est le théâtre d'une féroce guerre civile depuis le début du conflit dans le pays en 2015. Les tirs de roquettes et les affrontements incessants ont mis à mal l'économie et le système de santé au détriment de la population, piégée de part et d'autre de la ligne de front.

    Wafa, 30 ans, habite Taïz, autrefois connue comme la capitale culturelle du Yémen. Comme elle, près d'un million d'habitants vivent dans les affrontements permanents depuis plus de six ans. Fusillades, bombardements et frappes aériennes ont fait de nombreux morts et blessés, et ont créé d'innombrables traumatismes psychologiques parmi la population.

    La peur constante et l'impression d'être proche de la mort sont des sentiments horribles. Une fois, un obus a touché ma sœur et lui a blessé un œil. Je ne pourrai jamais oublier cette vision d'elle en sang. A chaque bombardement, mes enfants, terrifiés, courent se cacher sous les couvertures. Wafa Muhammad Abdullah, résidant de la ville de Taïz.

    Après des années de combats intenses, la ville porte les stigmates de la guerre et la ligne de front parcourt Taïz d'est en ouest, telle une cicatrice. Couverte de mines, la zone est désormais un no man's land en plein cœur de la ville, surveillé par des tireurs d'élite. 

    Hesham, un habitant de la ville, se souvient avoir été victime d'un tir de sniper :

    J'étais en face de l'hôpital yéménite suédois pour accompagner ma fille qui souffre d'épilepsie. Je l'ai laissée avec sa mère un moment et en sortant j'ai été touché par un sniper dans l'épaule gauche. J'essayais d'arrêter le saignement avec ma main quand j'ai marché sur une mine qui a explosé instantanément. J'ai perdu ma jambe dans l'explosion.

    Le centre-ville est coupé du reste du pays. Taïz est sous l'administration du gouvernement du Yémen, internationalement reconnu, tandis que le côté nord de la ville fait partie du gouvernorat de Taïz, contrôlé par Ansar Allah. Pour éviter la ligne de front, un voyage qui prenait 10 minutes avant le conflit nécessite environ cinq à six heures. Les déplacements sont aujourd'hui coûteux, longs et épuisants.

    Le conflit a également engendré, comme ailleurs dans le pays, des défis économiques importants : augmentation des prix de la nourriture et d'autres produits de première nécessité - parfois jusqu'à 500 fois le prix initial - diminution du pouvoir d'achat, paiementsdes salaires rares et aléatoires, notamment pour les employés du gouvernement tels que les agents de santé, et fermeture de plusieurs établissements médicaux.

    Plus de la moitié des établissements de santé publics au Yémen sont totalement ou partiellement non fonctionnels. Certains de ceux qui sont ouverts sont sur le point de fermer, faute de médicaments, de personnels et de fonds. Et la population a des difficultés à se procurer des médicaments.  

    Je travaille comme infirmière pédiatrique à l'hôpital Al-Thura de Taïz. Je ne perçois pas régulièrement mon salaire alors j'exerce un deuxième travail de nuit dans un hôpital privé. Les prix des denrées alimentaires sont si élevés que mes deux salaires ne suffisent pas pour mener une vie correcte. Ahmad, infirmier pédiatrique à l'hôpital Al-Thura de Taiz

    Hanan Rasheed Abdu Ali, 40 ans, a été admise au service postopératoire après avoir accouché de son troisième enfant par césarienne à la maternité de l'hôpital d'Al-Jamhouri, soutenue par MSF dans la ville de Taïz. Hanan a parcouru sept heures de route depuis la ville d'Aden, où elle habite avec son mari, pour bénéficier d'une césarienne qu'elle n'aurait pas eu les moyens de payer dans un hôpital public ou privé.

    En tant que plaque tournante aux niveaux économique, éducatif et sanitaire de la région, le siège de Taïz a créé un effet de ruissellement négatif non seulement sur la ville et le gouvernorat, mais aussi sur les zones environnantes.

    Les habitants de Taïz sont largement tributaires du soutien apporté par les acteurs humanitaires.

    MSF soutient les services de santé depuis le début de l'année 2016, notamment des services de santé reproductive depuis une évaluation en 2020.

    La maternité de l'hôpital d'Al-Jamhouri, désormais soutenue par MSF, assiste environ 350 accouchements par mois, et les équipes admettent 50 nouveau-nés dans l'unité de soins spécialisés. Plus de 1 500 femmes sollicitent mensuellement des services prénatals ou postnatals à l'hôpital.

    MSF travaille des deux côtés de la ligne de front, en fournissant des soins maternels et néonatals gratuits de qualité, ce qui est l'un des plus grands besoins de la région. Emilio Albacete, coordinatuer de projet de MSF 

    Carte d'activité : MSF au Yémen

    MSF au Yemen, 2021