× Fermer
Shelters under water during the rainy season in Rann, Nigeria
Abris sous l'eau pendant la saison des pluies à Rann, au Nigeria. © Sylvain Cherkaoui/ COSMOS

COP26

     

    COP26 : MSF met en garde contre les impacts sanitaires et humanitaires du changement climatique

    MSF participe à la prochaine Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP26), qui se tiendra à Glasgow (Royaume-Uni) du 31 octobre au 12 novembre 2021, en tant qu'observateur officiel.

    Pourquoi MSF participe à la COP26 

    Le 4 novembre, le directeur général de MSF Genève, Stephen Cornish, prononcera un discours axé sur les besoins des communautés desservies par MSF lors de l'événement "Climate-Smart Healthcare for a Healthier Planet". La conférence comptera avec la participation d'acteurs clés, dont le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, DG de l'OMS, et Nigel Topping, Champion de haut niveau pour l'action climatique pour la COP26.

    MSF est très attentif à l'impact que le changement climatique aura sur les patients et sur nos activités médicales humanitaires d'urgence. Nous répondons déjà à un grand nombre des crises les plus dramatiques du monde - conflits, catastrophes, maladies, déplacements - et nous sommes témoins des conséquences et des impacts amplifiés que le changement climatique et la dégradation de l'environnement peuvent avoir sur des personnes extrêmement vulnérables.

    Le rapport Lancet Countdown 2021 sur la santé et le changement climatique

    Dans un nouveau dossier humanitaire pour le rapport 2021 Lancet Countdown on Health and Climate Change, les médecins humanitaires MSF du monde entier et de toutes les disciplines partagent leurs expériences sur la façon dont le changement climatique a probablement exacerbé les crises sanitaires et humanitaires. Ces expériences mettent en lumière nos observations enregistrées sur la façon dont les changements environnementaux et les catastrophes climatiques ont contribué à l'augmentation de la transmission de maladies infectieuses telles que le paludisme, la dengue et le choléra ; l'impact de la pénurie d'eau et de l'insécurité alimentaire sur la malnutrition ; les impacts de l'exposition à la chaleur entraînant une déshydratation aiguë ; les impacts sur la santé mentale dus aux événements climatiques extrêmes, et plus encore.

    Les équipes MSF sont des médecins humanitaires, pas des climatologues - mais après des années à observer comment le changement climatique a probablement exacerbé les crises sanitaires et humanitaires dans les multiples contextes où nous travaillons, nous sommes obligés de parler de ce que nous voyons. Carol Devine, responsable de l'action humanitaire sur le climat et l'environnement pour MSF.

    Voici quelques instantanés de pays tirés du dossier humanitaire de MSF dans le rapport Lancet Countdown 2021. Pour lire le rapport complet, cliquez ici.

    Changement climatique, instabilité et dénutrition en Somalie

    Plus de deux décennies de conflit, d'instabilité politique et de conditions climatiques extrêmes ont conduit à l'une des crises humanitaires les plus prolongées au monde en Somalie. Des inondations intenses et fréquentes, des sécheresses et des essaims de criquets pèlerins se sont combinés pour perturber la sécurité alimentaire et diminuer les moyens de subsistance. Cela a accru la concurrence pour des ressources rares, exacerbant les tensions existantes et affectant les personnes les plus marginalisées.

    L'impact le plus important du changement climatique se manifeste par la dénutrition chez les enfants.
    Si le changement climatique se poursuit comme prévu, MSF prévient que la diminution de la production alimentaire et la réduction de la qualité nutritionnelle de certaines cultures céréalières peuvent menacer d'augmenter le risque de dénutrition, les nourrissons étant souvent les plus touchés.

    En réponse, MSF gère un programme de lutte contre la faim dans le sud de la Somalie, qui vise à prévenir et à traiter la malnutrition aiguë pendant la saison maigre par une surveillance active, un dépistage et un traitement ambulatoire. Dans les régions de Gedo et du Bas-Juba, nous avons lancé trois interventions d'urgence pour traiter les enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère et remédier aux pénuries d'eau critiques.  

    Davantage de personnes se déplacent à la recherche de nourriture et d'eau, alors même que le risque de COVID-19 demeure et qu'une épidémie de rougeole se poursuit sans relâche à Dhobley et Kismayu. Les communautés pastorales sont également touchées car elles ont perdu du bétail qui serait mort de soif en raison des pénuries d'eau. Mohamed Ahmed, coordinateur de projet de MSF au Jubaland

    Alimenter les soins de santé par l'énergie solaire au Baloutchistan, Pakistan

    Dans quatre districts du Baloutchistan, au Pakistan, MSF soutient des structures de santé qui prennent en charge chaque année plus de 12 000 femmes enceintes et environ 10 000 enfants souffrant de malnutrition. Cependant, en raison des fréquentes coupures de courant et de la hausse des températures en été, il est difficile de maintenir une température fraîche pour les patients, le personnel de santé et la conservation des médicaments. Il s'agit d'un défi étant donné les fréquentes coupures de courant et les températures qui peuvent atteindre 50 degrés Celsius en été.

    Pour y remédier, MSF a installé des systèmes de panneaux solaires dans les établissements qu'elle soutient à Dera Murad Jamali, Chaman et Kuchlak. Complétés par l'électricité du réseau ou du générateur, ces systèmes fournissent une alimentation ininterrompue pour l'éclairage, la climatisation et les ventilateurs, le pompage et le refroidissement de l'eau, tout en évitant plus de 50 000 kg d'émissions de carbone par an.  

    En tant que médecins, notre travail consiste non seulement à soigner les gens, mais aussi à prévenir les maladies futures. Nous ne devons pas créer des problèmes pour demain en essayant de résoudre les problèmes de santé d'aujourd'hui. Dr Monica Rull, directrice médicale de MSF