× Fermer

Brésil

Pour aider les enfants et les adolescents migrants du Venezuela, l'équipe MSF de psychologues organise des activités ludiques où ils peuvent exprimer les difficultés auxquelles ils sont confrontés. Brésil. Octobre 2019. © Mariana Abdalla/MSF

    Des dizaines de milliers de Vénézuéliens fuyant la crise politique et économique qui ravage leur pays se sont réfugiés dans le nord du Brésil.

    Environ 4,5 millions de Vénézuéliens ont fui leur pays, soit le plus grand déplacement de populations de l'histoire récente de l'Amérique latine. La plupart des Vénézuéliens qui entrent au Brésil arrivent dans l'État de Roraima, le moins développé du pays, ce qui aggrave la pression sur des services publics déjà précaires. Cet État qui accueille désormais entre 50 000 et 60 000 Vénézuéliens a vu sa population augmenter de 5%, soit le taux de croissance de loin le plus élevé du pays.

    MSF est revenu au Brésil en 2018, pour répondre aux besoins de santé des Vénézuéliens et de la population locale de Boa Vista, la capitale de l'État de Roraima. Nous menons des actions de promotion de la santé, des sessions en santé mentale, ainsi que des activités autour de l’eau et l'assainissement, telles que la distribution de kits d'hygiène dans des lieux d'accueil officiels qui abritent environ 6’000 migrants et réfugiés.

    Depuis juin, nous proposons aussi des services médicaux de base et des soins prénatals dans deux structures de santé gérées par la municipalité de Boa Vista. À la fin de l'année, nos équipes avaient mené près de 7 580 consultations ambulatoires, dont près de 500 consultations prénatales, et plus de 18’000 personnes avaient bénéficié des actions de promotion de la santé. MSF est aussi la seule organisation à offrir des soins en santé mentale aux réfugiés vénézuéliens de Roraima. Plus de 3 500 ont bénéficié de sessions individuelles ou de groupe en santé mentale en 2019.

    En fin d'année, nos équipes se rendaient aussi dans des centres informels et des bâtiments abandonnés, afin de toucher les habitants les plus vulnérables de l'État de Roraima.

    Lire la suite dans le rapport d'activités internationnal 2019


    articles liés